Aurore LefèvreLa direction artistique de votre communication

0499/610 792

Découvrez son concept

Explique-nous ton concept 

Je tiens une agence créative qui aide ses clients à clarifier leurs stratégies de communication et les traduire en campagnes visuelles sur mesure.
Les services sont à la carte : vidéo, illustration, édition, reportage photo, web design et stratégie.

Que faisais-tu avant de le lancer? 

C’est un projet qui a germé alors que j’étais toujours aux études. Je passais par la société coopérative Smart pour facturer mes services de graphiste en herbe. J’ai ensuite été engagée pour prendre en charge la communication du réseau !
J’ai, par exemple,  réalisé leur dernière vidéo et je suis leur photographe pour les activités organisées en région liégeoise !
Ce mi-temps m’a fait côtoyer des femmes inspirantes qui m’ont donné envie de voir les choses en plus grand.

Quel a été le déclic de ton projet? 

J’ai depuis toujours le goût de l’expérimentation, qu’elle soit culinaire, scientifique ou créative. Avec les arts visuels, toutes les audaces sont permises sans causer de grands dégâts sanitaires (normalement). J’aime explorer les manières de transformer des idées complexes en messages joyeux et simplifiés. 

Ce qui te faisait le plus peur avant de foncer?

Mon projet s’appuie sur mes compétences. Entre aimer une discipline et y exceller, difficile d’être son propre juge. Comme j’ai à cœur d’offrir le meilleur à mes clients, ma plus grande crainte était de ne pas être suffisamment douée ou expérimentée. Aujourd’hui, l’autocritique continue à accompagner mon travail mais je sais faire la part entre le constructif et le pathologique.

Un conseil à celles qui voudraient se lancer? 

Mon conseil s’adresse aux victimes du perfectionnisme : “fait est mieux que parfait”. Il faut savoir se faire violence pour avancer même si l’étape en cours n’a pas atteint l’inatteignable idéal qu’on s’était fixé. À force on s’y fait.

À quoi ressemble ta journée-type? 

En moyenne, 4h de travail de réalisation, 2h d’administratif ou de communication autour des projets en cours, le reste est consacré à la veille et l’apprentissage de nouveautés techniques.

Le point commun entre ton projet et ta personnalité ?

La constante réflexion et l’écoute attentive.

La vraie bonne raison de te lever le matin?

J’ai un univers onirique qui me ravit. Sentir que je vais pouvoir injecter une part de cet imaginaire dans des objets concrets me fait lever du bon pied.

La chanson qui te donne la pêche et te motive?

“Danzon no 2” de Arturo Marquez. Ce n’est pas une chanson, mais c’est ce que j’écoute volontiers pour me donner la patate. Dirigé à la baguette complice de Gustavo Dudamel, c’est encore mieux.

La phrase la plus motivante qu’on t’ait dite?

Quand un client déclare que le résultat d’un projet que j’ai mené pour lui était “au-delà de ses attentes”.

Ton prochain défi professionnel? 

L’auto-édition. Jusqu’à présent j’ai pu mener ma barque tout en restant très discrète sur les réseaux sociaux. J’ai aussi beaucoup appris grâce à des gens qui osent partager leurs trouvailles et leur lecture des choses. À mon tour donc rendre la pareille autour de certaines thématiques que j’aurai traitées avec un peu de ma fantaisie.
Par ailleurs, je suis en train de m’associer avec d’autres professionnels pour répondre à des projets de commande de plus grande ampleur.

Ta plus belle audace? 

Un documentaire vidéo pour lequel j’ai accompagné le voyage d’un groupe d’ados en Pologne. Je traînais sur 4 jours de tournage 10 kg de matériel et un état grippal qui faisait pitié à voir et à entendre.

Être audacieuse, c’est quoi pour toi? 

S’avancer avec résolution vers son objectif, fidèle à ses valeurs et sans se laisser distraire par les obstacles.

Que représente le réseau à tes yeux?

Le réseau est un lieu de rencontres, de synergies, de complémentarité, d’émulation, d’échange,… ce qu’on y trouve dépend de ce qu’on souhaite y apporter.

Pourquoi as-tu voulu en faire partie? 

L’intérêt d’être indépendant, c’est de pouvoir se réaliser pleinement dans toute sa particularité. Pour autant, ça ne veut pas dire faire chemin seul. Au-delà de mon projet personnel, il y a des projets de société qui se dessinent à plusieurs et auxquels j’ai le sentiment de participer au sein du réseau.