Caroline Poisson Vidéaste, réalisatrice et musicienne colorée

0494/604 032

Découvrez son concept

Explique-nous ton concept 

Centrées sur l’univers musical, les arts de la scène et les arts plastiques, mes réalisations traduisent une volonté assumée de construire des souvenirs qui, même lorsqu’il s’agit de projets à vocation commerciale, n’en restent pas moins orientés vers l’humain, l’échange et le partage. Évocatrices d’un univers très esthétisant, mes images se veulent porteuses de sens. Le Poisson, c’est bon pour la santé, alors plongez ! 

Que faisais-tu avant de le lancer? 

Après mes études, j’ai travaillé comme conseillère beauté pour L’Occitane en Provence. J’ai adoré cette expérience, très différente de mon univers. J’y ai appris beaucoup. 

Quel a été le déclic de ton projet? 

 Quand j’avais 17 ans, j’ai vu la bande-annonce du film « Le Monde de Nemo ». Je me souviens avoir bondi en me disant « Je veux raconter des histoires, je veux faire des films ». Depuis, j’ai travaillé comme une folle pour que le rêve devienne réalité. 

Ce qui te faisait le plus peur avant de foncer? 

Les gens qui me disaient que la vidéo, ce n’était pas un vrai métier. Je leur fais coucou d’ailleurs ! 

Un conseil à celles qui voudraient se lancer? 

Toujours réfléchir à ce que son projet reflète nos valeurs et notre personnalité, en n’ayant pas peur de ne pas rentrer dans les cases. 

À quoi ressemble ta journée-type? 

Ce que j’adore dans mon métier, c’est qu’aucune journée ne se ressemble. Je me lève toujours une heure trente avant de partir ou de commencer à travailler chez moi pour prendre un gigantesque petit déjeuner. Ensuite, soit du travail de montage à la maison, ou de l’organisation et de la gestion de réseaux sociaux, d’agenda… soit je pars en tournage. Depuis peu, j’essaie, en dehors des tournages, de ne pas travailler en soirée et les weed-ends pour profiter de ma nouvelle maison et de passer du temps en amoureux. C’était vital pour moi d’apprendre à faire des pauses, car je m’épuisais à force d’être trop passionnée !  

Le point commun entre ton projet et ta personnalité? 

L’hypersensibilité. 

La vraie bonne raison de te lever le matin? 

Mettre les pieds dans l’herbe de mon jardin, même quand il fait froid. 

La chanson qui te donne la pêche et te motive? 

« Que sera, sera » chantée par Doris Day. 

La phrase la plus motivante qu’on t’ait dite? 

Quelle chance de pouvoir être toi-même à cent pour cent. 

Ton prochain défi professionnel? 

Réaliser mon deuxième court-métrage, de fiction cette fois ! 

Ta plus belle audace? 

J’ai toujours suivi mon instinct, j’ai deux fois quitté une situation confortable sur un coup de tête et je pense que les étoiles s’alignent quand on se jette dans le vide. 

Être audacieuse, c’est quoi pour toi? 

Ne pas écouter les gens qui essaient de nous faire peur. 

Que représente le réseau à tes yeux? 

Un moment avec Les Audacieuses, c’est discuter de nos projets, s’inspirer, se conseiller, mais également retrouver des copines, en rencontrer de nouvelles, et avoir de fameux fous rires ! 

Pourquoi as-tu voulu en faire partie? 

J’avais envie de vivre des moments privilégiés entourée de femmes qui vivent les mêmes aventures, folles mais également difficiles, qui font la vie d’une entrepreneure.